Conseils pour bien positionner les pièces aux échecs ?

Dans le domaine des jeux d’échecs, le positionnement des pièces est déterminant pour l’efficacité du jeu. Pour un joueur, il est essentiel pour contrôler les cases et mieux attaquer l’adversaire. Par ailleurs, une bonne technique permet de coordonner les pièces afin de mener une solide stratégie de défense.

Placement des pièces aux échecs pour les ouvertures des jeux

Le jeu d’échecs existe depuis des millénaires. Pourtant, il reste toujours prisé grâce à ses multiples bienfaits. En plus d’entretenir la mémoire, il favorise également la concentration et le sens de la logique. Pour bien jouer, il est d’abord important de maîtriser le placement des pièces aux échecs durant les ouvertures :

A lire également : Astuces efficaces pour stimuler l'autonomie des enfants au quotidien

  • Pour commencer, il faut comprendre le rôle de chaque pièce d’un échiquier. L’essentiel est de pouvoir exploiter la valeur de chaque pièce. La technique la plus efficace n’est pas forcément de protéger absolument le Roi. 
  • Par la suite, le mieux serait de prévoir les coups à l’avance en faisant une analyse préalable. Pour ce qui est des ouvertures, plus de 1300 variantes sont recensées. 
  • Pour finir, il faut savoir que l’un des coups les plus célèbres est celui qui a été inventé par le célèbre joueur autrichien Ernst Grünfeld. C’est une technique dynamique qui est nommée du même nom. Elle consiste à positionner les pièces de manière à mener dès le départ l’adversaire vers de grandes difficultés.

Quels emplacements en milieu de jeu ?

Sachez que la compétence d’un joueur peut être évaluée en fonction du nombre de coups qu’il peut réaliser. Au cours des jeux, les pièces peuvent gagner ou perdre de la valeur. Si au début du jeu, le cavalier et le fou disposent de la même valeur, la première pièce gagne des points en plus tandis que la deuxième en perd. Ces valeurs sont à considérer pour profiter d’une position avantageuse.

Un calcul préalable des coups est donc crucial pour augmenter ses chances de réussite. Le champion du monde Magnus Carlsen par exemple tire sa force par son aptitude à prévoir près d’une dizaine de mouvements différents. Il est également bon de savoir la différence entre les stratégies et les tactiques. Ces dernières définissent les plans d’action qui consistent à limiter ses avantages par une double attaque. La tactique de la « fourchette » par exemple est la plus connue. Ainsi en un déplacement unique, le joueur attaque deux pièces appartenant à l’adversaire.

A voir aussi : Gestion positive des conflits familiaux : astuces et stratégies efficaces

Stratégie finale pour réussir le jeu

Lors d’un tournoi, la finale représente la partie la plus décisive. A ce stade, l’objectif est d’éviter le match nul en faisant en sorte de mater en essayant de limiter les mouvements. 

Pour les joueurs professionnels en position de désavantage, c’est une occasion de se rattraper en tentant d’atteindre une position stratégique. Pour cela, certains champions peuvent gagner par déduction en comparant sa situation avec les positions précédentes. Concernant les schémas sur les finales, la position de Lucena compte parmi les plus connues. Il s’agit d’une finale qui consiste à attaquer la tour par un coup réalisé par l’ensemble de pièces : tour et pion.

Pour conclure, il faut savoir qu’en matière de jeux d’échecs, le positionnement des pièces détermine depuis le début l’efficacité d’une technique. Depuis les ouvertures jusqu’à la finale en passant par le milieu de jeu, il est bon de déterminer à l’avance les coups pour assurer la réussite.